Pages de l’histoire chuchotée des Roumains (4)

Dimitri Cantemir, souverain catastrophique,

a apporté, sur les rives du Prout,

l’occupant obsédé, Pierre le Grand,

l’ascendant de ceux

qui ont rapiné aux Roumains

la Bucovine du Nord et la Bessarabie

 

Dimitri Cantemir, la plus imposante figure culturelle roumaine dans le Moyen Age, a été catastrophique en tant que souverain, car il s’est allié avec l’Empire Russe, et, par conséquent, non seulement que l’armée moldavo-russe a été battu hônteusement par les Ottomans, lors de la bataille de Stanilesti, sur la rive droite du Prout, mais à long terme, les conséquences  ont été,  l’épithète répétée, mais méritée, catastrophiques, parce que, les Russes ont considéré et encore ils considèrent  que par où est passée l’armée avec Pierre le Grand en tête, ils doivent occuper, à la fin, ce territoire.

Plus précisément, le 2 Avril 1711, à Lutsk, Dimitri Cantemir a conclu avec Pierre le Grand un traité secret de l’amitié, au détriment de l’Empire Ottoman. La réaction de de la Sublime Porte a été promte et l’armée moldavo – russe, dirigée par Pierre le Grand lui-même a été défaite, même encerclée, dans la bataille de Stanilesti, de la période le 18 – le 22 Juillet 1711. Les Ottomans, en vertu du Traité du Prout, signé le 23 Juillet 1711, ont exigé la reddition de Dimitri Cantemir, comme otage, dans leurs mains, ce que pour Pierre le Grand n’a pas parru acceptable. En conséquence, le souverain moldave a été aidé à sortir de l’encerclement  de l’armée ottomane, mais honteusement, caché dans la calèche de l’impératrice Ekaterina, il semble, juste en dessous de sa jupe large.

Le contexte dans lequel Dimitri Cantemir a été monté sur le trône de Moldavie n’a pas été honorable pour nous, les Roumains, car il a été dominée par la rivalité “mioritique”

(n.a. mioritique vient de la syntagme “l’espace mioritique“, introduite par l’écrivain Lucien Blaga, en étant un concept issu de la ballade “Brebiette”, en roumain:  “Mioritza”, et en signifiant un espace roumain de tous points de vue, géographique, politique, social, culturel etc.) entre les Moldaves et Valaques, dans ce cas, entre les familles régnantes Cantemir, respectivement, Brancovan.

Le père de Dimitri Cantemir, Constantin Cantemir, un pro-ottomane et, au même temps, un anti-polonais à vie, a eu un règne compris entre le 25 Juin, 1685 et le 27 Mars 1693, qui s’a fait remarqué, en particulier, par l’ordre de tuer le croniqueur Miron Costin, avec l’origine polonaise. Les frères Miron et Velicico ont été décapités, apparemment, même le premier jour de Noël 1691.

Dans la plus grande partie de la période du règne de son père, sauf les deux premières années, le jeune Dimitri Cantemir (n.a. Dimitri Cantemir a vécu entre le 26 Octobre 1673 et le 1 Septembre 1723) a resté comme gage à Istanbul, en remplaçant Antioche, son frère plus grand.

Après la mort de Constantin Cantemir, les boyards ont élu Dimitri Cantemir au trône de Moldavie, mais le sultan Ahmed II ne l’a pas confirmé, à cause des machinations de Constantin Brancovan. Ainsi, après même pas un mois, le 23 Avril 1693, Dimitri Cantemit a dû renoncer à la haute position, le trône en étant occupé par Constantin Duca (n.a. Constantin Duca a régné dans deux périodes, la première en étant entre le 23 Avril 1693 et ​​le 18 Décembre 1695), le favori et le futur gendre de Constantin Brancovan. Ainsi a commencé le conflit entre les familles Cantemir et Brâncovan!

Dimitri Cantemir s’est retourné à Istanbul. En 1699, il a épousé Casandra, la fille de Serban Cantacuzène, le prédécesseur de Constantin Brancoveanu sur le trône.

Depuis lors, Dimitri Cantemir a commencé à cibler le trône… du Pays Roumain, en intensifiant le conflit latent  entre les familles Cantemir et Brancovan.

Par d’autres machinations de Constantin Brancovan, Dimitri Cantemir est arrivé  derrière les barreaux à Istanbul. En raison d’un différend relatif à un héritage de leur père, Antioche, arrivé souverain de Moldavie (n.a. Antioche Cantemir a reigné en deux périodes: le 8 décembre 1695 – le 14 Septembre 1700 et le 12 février 1705 – 20 Juillet 1707) n’a pas tenté de liberer son frère, Dimitri Cantemir en sortant du prison uniquement à l’insistance de l’ambassadeur français, mais avec des souvenirs pas trop agréable, ce qui a contribué dans une certaine mesure, peut-être, à sa décision de changer la suzeranité ottomane avec celle russe, par le Traité de Lutsk.

Le conflit  cantemiro – brancovan s’est atténué lorsque Constantin Brancovan a accepté de payer dix sachettes avec de pièces florentins d’or, à titre de compensation pour les terres prises de lui par la force de Serban Cantacuzène, qui ont constitué la dot de mariage de Cassandra.

Constantin Brancovan, après la victoire des Russes lors de la bataille de Poltava, du 27 Juin 1709, contre les Suédois, a fait l’erreur fatale d’envoyer une lettre à Pierre le Grand par laquelle il s’est engagé d’aider avec une armée de 30.000 hommes et d’assurer de la nourriture à l’armée russe pendant une guerre de coalition chrétienne contre les Ottomans. Pierre le Grand a répondu affirmativement et a envoyé 300 sachets avec de pièces d’or à Constantin Brancovan, comme une aide pour l’armement.

Plus tard, le sultan Ahmed II a appris de cette correspondance et, comme première mesure, le 10 Novembre, 1710, sur le trône de la Moldavie, il a mis Dimitri Cantemir, comme un homme de confiance, en sachant le conflit entre les famille Brancovan et de Cantemir.

Tel a  été le contexte de deux  intronisations de Dimitri Cantemir!

Une deuxième mesure du sultan a été au 20 Novembre 1710: la déclaration de guerre contre l’Empire Russe, finie avec la Bataille de Stanilesti.

Mais, Dimitri Cantemir, même dans les conditions de la déclaration de cette guerre, il a cru dans l’étoile de Pierre le Grand, a tourné le dos aux Ottomans et a conclu en secret avec les Russes le Traité de Lutsk. Le 30 mai 1711, en étant informé que le sultan Ahmed II a appris de ce traité, Cantemir a demandé à Pierre le Grand de venir de toute urgence en Moldavie, pour le protéger de l’armée ottomane, qui s’approchait d’Isaccea, pour traverser le Danube.  L’arogant empereur a repondu  à cette  demande, est parti vers la Moldavie avec son armée, mais lentement, avec des arrêts longs et fréquants, en étant accompagné par l’épouse, les favories, les personnes proches de la cour, plutôt  comme pour une visite de plaisir, que pour une guerre. Pendant ce temps, les Ottomans ont réussi à traverser le Danube. Comme ça Pierre le Grand a commencé ce qui a été appelée la Campanie Proutéenne (n.a. en écrit russe, “Прутский Поход”, en translittération, “Prutskii pohod”), qui a pris fin avec la défaite humiliante de Stanilesti.

Constantin Brancovan, en étant informé que les Ottomans ont traversé le Danube, il a senti quelle sera la fin de la guerre et s’est empressé de retourner à Pierre le Grand les 300 sachet  avec de pièces d’or, puis a commencé à aider l’armée ottomane avec de nourriture et de fourrages.

Il a été un jeu à deux extrémités de Constantin Brancovan, qui l’a coûté extrêmement cher, le 15 Août 1714, à Istanbul, il a été exécuté par décapitation, avec ses fils Constantin, Étienne, Rodolphe et Mathieu, ainsi que le gendre Ianache Vacarescu.

Dimitri Cantemir, dans les deux règnes, l’un avorté et l’autre court, près de neuf mois, a prouvé qu’il n’a pas été né pour être chef d’État.

En résumé, les conséquences catastrophiques du règne de Dimitri Cantemir ont été les suivantes:

a. à court terme:

a.1. Les Ottomans se sont vengé pour la trahison de Dimitri Cantemir, ils ont pillé 93 villages dans leur chemin, en mettant en feu 73 d’entre eux;

a.2. Des milliers de Moldaves sont partis en exile de Moldavie, dont au moins un millier, de gens proches de Dimitri Cantemir, sont  arrivés en Russie, où ils ont été russifiés;

a.3. La Moldavie a perdu encore un morceau du patrimoine, la   forteresse Khotyn et une étendue zone d’autour ont devenues une raya, c’est-à-dire un territoire administré directement par les Ottomans;

b à long terme:

b.1. Plus d’un siècle, la Haute Porte a nommé seulement de souverains étrangers, de Grecs du quartier Phanar d’Istanbul, connus comme Phanariotes,  en commençant en Moldavie, le 23 Juillet 1711, par Nicolas Mavrocordato, puis dans le Pays Roumain, le 21 Janvier 1716, lorsque sur le trône est monté le même Nicolas Mavrocordato après qu’il a été remplacé en Moldavie par Michel Racovitza; l’époque phanariote a cessé en Moldavie, le 21 Juin 1821, par l’arrivée du souverain Jean Alexandre Stourdza, et dans le Pays Roumain,  le 30 Juin 1822, par l’arrivée du souverain Grégoire Dimitri Ghyka;

b.2. En respectant le testament  écrit ou non, vrai ou faux, de Pierre le Grand, dans lequel l’empereur aurait écrit que “j’ai trouvé la Russie un ruisseau, mais je l’ai transformé dans une rivière; mes descendants que la fassiez une mer” (n.a.  en écrit russe, “я нашел Россию ручьем, а оставил ее рекой; мои преемники превратят ее в море” en translittération, “ia nachiol Rossiu rutchiom, a ostavil éïo rekoï, prevratiati éïo v moré”), l’Empire Russe a transformé la Bessarabie en goubernia, et, plus tard, l’Union des Républiques Soviétiques Socialistes a attaché la Bessarabie et la Bucovine du Nord à de  républiques unionales.

Et si l’armée russo – moldave aurait vaincu les Ottomans à  Stanilesti, les conséquences auraient été catastrophiques, peut-être ce texte, je l’aurais  écrit dans la langue russe comme langue officielle, et – je cite de “Lettres à un dniestro – tiszean” (Gunivas, Chisinau, 2013) – “La Roumanie n’aurait pas existé sur la carte, mais que de fragments dans le cadre de certaines républiques ex – soviétiques: la République Moldavie (n.a. en écrit  russe,”Республика Молдова”, en translittération, “Respublika Moldova),  la République Transylvanie (n.a. en écrit russe, “Республика Трансильвания”, en translittération, “Respublika Transylvania”), la République  Valachie (n.a. en écrit russe, “Республика Валахия”, en  translittération, “Respublika Valachia”)… ou qui sait quel aurait – il été le cours de l’histoire?”

Dimitri Cantemir a été vanté par la propagande communiste parce qu’il a été philo – russe, s’est allié avec les Russes et peu a manqué qu’il donne le pays dans leurs mains, la Roumanie “dejiste” (n.a. de l’époque de George Gheorghiu – Dej) ou “ceausiste” (n.a. de l’époque de Nicolas Ceausescu) en étant  également alliée avec Moscou, peu a manqué qu’elle devienne une république unionale soviétique.

Après 1989, les “culturniques” (n.a. mot d’origine russe,  qui signifie activiste communiste chargé de la culture) ont réussi à maintenir une aurore de grand souverain, quand, en fait, Dimitri Cantemir a été un politicien catastrophique.

 

 

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“Pages de l’histoire chuchotée des Roumains”,

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *