La Grèce du capricieux enamouré, Zeus (26)

La megastructures du pont Rion – Antirion et…
la double naissance (de S
émélé et… Zeus!)

de Dionysos!

 

 Lorsque l’autocar est entré dans le pont Rion – Antirion, un champion des Mégastructures des derniers décennies du XXème siècle, reliant l’ouest du Péloponnèse à la Grèce continentale, j’étais la bouche bée, j’oubliais même la mythologie grecque, mais j’étais sorti de de cet l’état à l’audition du mythe érotique avec Zeus et la mortelle Sémélé, quand j’ai découvert que Dionysos – dieu de la vigne et du vin – est né deux fois!

Nous continuons notre chemin vers le pont Rion – Antirion. À gauche, à travers  de cyprès et de villas d’un blanc aveuglant, on apercevait, par intermittences, le golfe de Patras, en fait, un  étrécissement vers l’est de la mer Ionienne, qui, à son tour, est une vaste étendue d’eau bleu – verte, méditerranéenne, renfermée entre la Grèce et l’Italie.

…Enfin, la guide a trouvé dans un dossier le texte qu’elle cherchait:

– Le pont Rion – Antirion porte les noms des deux localités dans le Péloponnèse, respectivement, en Grèce continentale. Officiellement il est appelé Harilaos Trikupis en l’honneur du Premier ministre, qui l’a initié en 1880. Les travaux ont commencé en 1999 et le pont a été inauguré le 7 août 2004, une semaine avant l’ouverture des Jeux olympiques d’Athènes. Mmm… L’inauguration a été suivie par Otto Rehagel – entraîneur allemand de l’équipe de football de la Grèce – championne d’Europe en 2004. C’est presque tout… Je vous remercie de votre attention.

– Une raison importante pour laquelle je crois que le pont a été fait des fonds européens, a conclu l’étudiant  avec la voix assez élève pour être entendu dans tout l’autocar.

– Hmmm… Bien sûr, il aurait encore quelque chose à dire, comme un bonus pour vous, qui n’est pas inclus dans le prix du voyage, a continué la guide. Le coût total de la construction du pont a été 630.000.000 euros.

…Le pont Rion – Antirion était visible comme une dentelle blanche, du nickel, en raison de nombreux câbles de soutien.

– Ce pont me semble a être une mégastructure et, logiquement, il doit tenir quelques records, a commenté, dans son style caractéristique, l’étudiant.

– Le jeune me provoque et je vous accorde un bonus, a daigné parler la guide. La largeur du pont est de 27,70 mètres. Il est le deuxième pont suspendu à câbles dans le monde – la longueur de 2.252 mètres – après les 2.460 mètres du pont  Millau, situé sur la rivière Tarn en France et inauguré le 14 décembre 2004.

– Oh! a crié l’étudiant, heureux que lui est venue l’occasion de faire un jugement spectaculaire. C’est entre le 7 août et 14 décembre 2004, que le pont Rion – Antirion a occupé, selon ce critère, la première place dans un classement mondial des mégastructures.

…Après un large tour, l’autocar a viré en ligne droite sur ​​le pont, comme un avion sur la piste: un spectacle presque americain, de “big”, qui m’a laissé perplexe: circulation à deux voies dans chaque sens de circulation, dont une large et l’autre pour stationements d’urgence et, aussi, de côté droit gauche, une voie pour les piétons et, de côté droit, une pour les cyclistes. Une heureuse combinaison du paysage méditerranéen, chargé avec une histoire anceinne, comme les pyramides d’Egypte, avec une technologie de pointe du XXème siècle.

Vers le milieu du pont, où se forme un maxim convexe, j’ai senti que nous nous balancençons, avec l’autocar, comme dans un ferry-boat. Le chauffeur Novicel Manivelistu, un jeune mince, aux yeux noirs, élégant, cravate et chemise à manches courtes, les deux assorties à la couleur de la pupille, étudiant “avec ancienneté” dans la première année – comme il le dit: “Les deux premières années sont dificiles jusqu’on passe en deuxième année” – a fait sentir sa présence au micro:

– Le pont est situé dans une zone à risque sismique très élevé, de sorte qu’il a été conçu pour résister aux tremblements de terre de degré sept sur l’échelle de Richter. Le trafic a été prévu à 11.000 véhicules par jour. Un consortium dont l’acronyme est G.E.F.I.R.A., qui en grec signifie “pont”, a concédé l’éxploitation du pont. Je peux vous dire que les taxes pour le passage du pont sont les suivantes: les piétons – gratuitement, les bicyclistes – 1,80 euro, les voitures – 11,20 euros, les autocars, comme la nôtre, avec plus de 40 places – 58,50 euros.

…On est entré sur la terre de la Grèce continentale. Un profond silence tombait dans l’autocar, chauque passager formulait dans son esprit de considérations, points de vue personnels sur le pont Trikupis Harilal, sans les communiquer aux autres. Seulement Sofistoc à “briser la glace” par un raisonnement:

– Si la Grèce a construit un tel pont après 23 ans de l’adhésion à l’Union européenne, par analogie, en resulte que la Roumanie ne va réussir une performances similaire qu’en l’année 2030.

– Je serais heureux si, au moins dans notre pays apparaissent d’autoroutes vraies, où on paye, mais sans de charrettes, de piétons ou d’animaux, a éclaté Novicel Manivelistu. Déjà en Grèce, deux autoroutes ont été construites avec péage entre Athènes et le Péloponnèse, via Corinthe, et d’Athènes à Thessalonique.

– Plutôt que de gâcher notre humeur, mieux c’est que le professeur Piochlecescu nous dise le mythe érotique avec Zeus et Sémélé, comme il l’a promis il y a longtemps.

– Sémélé, la fille de Cadmos et d’Harmonie, a été aimée par Zeus. Harmonie a été la fille d’Arès et d’Aphrodite. Cadmos a été le roi de Thèbes. Thèbes a été une ville – État en Béotie. Lors du gouvernement de Pélopidas et d’Epamonondas, à Thèbes a été restaurée la démocratie et a été réorganisée la League Béotienne. Après la bataille de Leuctres, en l’an 371 avant J.-C., lorsque Sparte a été vaincue, a été introduite pour une courte durée l’hégémonie thébaine en Grèce.

– Sémélé a été un enfant unique ?

– Elle a eu trois soeurs: Autonoé, Ino et Agavé. Autonoé a  été la femme d’Aristée et la mère de Actéon. Actéon a été puni par Apollon  d’être mangé par ses propres chiens, parce qu’il a entrevu Artemis nue. Ino a été l’épouse d’Athamas et la mère des frères Léarque et Mélicerte. Agavé, à son tour, a été la mère de Penthée, qui, lorsqu’il est devenu roi de Thèbes, a interdit aux Thèbens  de se prosterner à Dionysos, en considerant qu’il est un imposteur, qu’il n’aurait pas été, en fait, le fils de Zeus, mais d’un mortel. Il a même voulu tuer Dionysos, pour ne se propager pas l’alcoolisme parmi les Thébens. En conséquence, au cours au cours d’une orgie dionysiaque causée par Dionysos, Agavé – avec Autonoé et les autres “Bacchantes” – ont tué Penthée, en l’attachant à un arbre et en le déchirant.

– Oh là là, combien de crimes! Je jure que je ne vais pas posé de questions jusqu’à la fin du mythe.

– Ces événements tragiques ont été rélatés et d’Euripide dans la tragédie “Les Bacchantes”. Mais revenons au mythe, lequel nous l’avons commencé. Zeus a épousé Sémélé, même s’il a été marié à Héra. Sémélé est devenue bientôt enceinte. Héra, jalouse et perfide, en attendant de la trahison de son mari, s’est déguisée en une vieille femme, qui est allée à Sémélé et l’a convaincu de demander  à Zeus d’apparaître dans toute sa splendeur, avec les vêtements dorés et les armés de foudre. Zeus lui a satisfé la demande dans un instant, mais Sémélé a été foudroyée sur place et transformée en cendres. Hermès a, pourtant, réussi à sauver l’embryon, Dionysos, et de le donner à Zeus. Mais, le plus grand des dieux a fait une incision dans sa cuisse, où il a introduit l’embryon. Au moment lors Sémélé aurait dû naître, Zeus a fait sortir de sa cuisse l’embryon développé parfaitement normal. Ainsi, en étant né deux fois, Dionysos a été appelé par les Grecs d’une manière métaphorique: Dithyrambos, c’est-à- dire “celui de la porte  double”.

– De “Dithyrambos” vient le mot “dithyrambe”, ce poème lyrique dédié au dieu Dionysos dans les festivités qui ont eu lieu à Athènes, a interrompu pour un moment la conférence du philologue Gramaiticu.  Alors Zeus, en craignant de la vengeance d’Héra, a ordonné à Hermès de conduire l’enfant au palais de Thèbes, où maintenant roi était Athamas  et reine – Ino, qui venait de naître Mélicerte. Ainsi Dionysos suçait du lait de la sœur de sa mère et, de plaisir, criait: “Évoé”! De lui prenait soin Mystis, une sorcière qui a commencé à organiser en l’honneur de lui de fêtes nocturnes, où les participants trinquaient de verres de vin, en criant comme le  bébé Dionysos: “Évoé”!

– De Mystis vient le mot “mystique”, qui signifie caché , surnaturel inexplicable, est  intervenue de nouveau le philologue universitaire.

– Comme çaaa… pendant ce temps, Hera a découvert où est l’enfant. Elle s’est immédiatement rendu au Tartare, où a rencontré les Erinyes – ou, comme disaient les Romains, les Furies, qui sont Allecto, Mégère et Tisiphone. Là, elle a suscité  Tisiphone, qui est partie en trombe à Thèbes et a jeté un serpent sur Athamas et Ino, en leur donnant la maladie de la folie. En conséquence, Athamas a tué Léarque, en le jetant contre un mur, tandis qu’Ino, avec Mélicerte dans ses bras, s’est  jeté d’un rocher dans la mer. Les femmes de la cour de la reine Ino ont essayé d’arrêter ce geste insensé, mais Hera les a transformé en mouettes. Depuis lors, ces oiseaux crient et cherchent, selon le mythe, Ino et son bébé, Mélicerte. D’Olympe, en voyant ces tragédies, Zeus a envoyé Hermès pour prendre le bébé Dionysos d’au devant de l’affolé Athamas et de le cacher dans l’île Nyce – aujourd’hui nommée Naxos. Là, l’enfant a été donné à la garde du vieux satyre Silène, qui était toujours ivre, mais savait chanter joliment et prédire l’avenir.

…Une question m’a traversé l’esprit, en devenant la priorité du moment: que serait-il arrivé si Penthée, roi de Thèbes, aurait été capable de tuer le dieu du vin – Dionysos, s’aurait-il tellement développé le culte du boisson obtenu par la fermentation du moût de raisins et Pastorel aurait-il trouvé le plaisir à écrire sa propre épitaphe avec de nostalgies dionysiaques: “Ici dort Pastorel, / Bon gars et âme délicate, / Si vous passez par ici, / Ne le reveillez pas car il vous demande du vin”?

 

 

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“La Grèce du capricieux enamouré, Zeus”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)