La Grèce du capricieux enamouré, Zeus (29)

Thermopyles et… lastuce

du “sygneZeus,

enamoureux de Leda

 À Thermopyles, le gorge où, en 480 av. J.-C., Léonidas, roi de Sparte, avec 300 Spartiats ont opposé pendant trois jours une résistance portée jusqu’au sacrifice  suprème à l’avencement de l’armée perse conduit par le roi Xerxès, j’ai pris un bain dans les eaux thermales –sulfureuses de la source et j’ai entendu un autre mythe érotique de Zeus, l’autre protagoniste en étant, cette fois, Léda – la femme du roi spartiat Tyndare.

On était sur l’autoroute E75, en venant de Thessalonique à Athènes, environ 540 km de long. On a laissé à  gauche l’indicateur vers la station balnéo – climatique Paralia Katerini. Vers la droite, à la limite de l’horizon, se profilaient les hauteurs du mont Olympe. Immobile dans la chaise devenait de plus en plus pénible et je me sentais comme si dans les veines des jambes se formaient de thromboses. Instinctivement, l’étudiant s’est mis en déplacement, en venant chez  l’historien Piochlecescu: “Dites-nous le mythe avec Zeus et Léda.”

– Leda a été séduite par Zeus par une autre astuce. Aphrodite, en colère, parce que Tyndare, le roi de Laconie, ne faisait pas d’offrandes à  elle dans le temple, a voulu à se venger. Alors, elle a dit à son père, Zeus, au sujet de son problème et a suggéré que lui, le souverain des dieux, d’avoir une aventure d’un moment avec Léda, l’épouse de Tyndare. Dit et fait. Aphrodite s’est métamorphosée en un aigle, qui, pour ainsi dire, chassait un cygne, le nouveau regard de Zeus. Le cygne est entré dans la rivière Eurotas où Léda venait chaque nuit pour se baigner. Quand elle a vu le cygne harcelé par l’aigle, Léda, compatissante, l’a pris dans les bras pour le protéger.

– Ça a été assez pour Zeus d’avoir de nouvelles progénitures! a crié l’étudiant.

– En effet, au terme normal, Léda a fait, comme les oiseaux, deux… œufs jumeaux. D’un œuf sont né les frères Castor et Polydeuce, ce dernier étant nommé par les Romains Pollux. En raison de la situation dans laquelle ils sont nés, les frères ont été appelés Tyndarides, soit les fils de Tyndare, le mari légitime de Léda, mais aussi Dioscures, ce qui signifie les fils de Zeus. En fait, Castor était le fils de Tyndare et Pollux, le fils de Zeus.

– Aussi comme ça, Zeus a été appelé Cronid, c’est-à-dire le fils de Cronos, a ajouté le philologue Gramaiticu. À propos! Homère a écrit un hymne intitulé “Aux Dioscures”, dont je cite: “Muses aux paupières arrondies, / Parlez-moi des Tyndarides, / Illustres enfants de Lèda aux beaux talons, / Castor dompteur de chevaux et l’irréprochable Polydeuce.”

– Du deuxième œuf est apparu Hélène et Clytemnestre, a continue, imperturbable, l’historien. Et dans ce cas, la paternité est divisée: Hélène est la fille de Zeus et Clytemnestre – de Tyndare.

– Castor et Pollux ont commis des actes de bravoure qui sont devenus mémorable, est revenu en discussion le philologue. Ainsi, à l’âge de 13 ans, ils ont sorti leur sœur, Hélène, de la cour  athénienne du roi Thésée. Un autre exploit a été quand ils sont partis avec les Argonautes en quête de la Toison d’Or . Leur bateau a été pris dans une tempête et en danger de naufrage. Alors, ils ont demandé à leur père, Zeus, pour arrêter l’hostilité de la nature, ce qui s’est passé, à la stupéfaction des autres membres de l’équipage. Au même temps, le dieu Poséidon a donné aux Dioscures le pouvoir de commander les vents et les vagues, en devenant les protecteurs des marins. Chez les Romains les frères sont devenus si chers que,  arrivés au tribunal, les hommes juraient sur ​​Pollux et les femmes sur Castor. Leur dernière aventure s’a terminé tragiquement. Visant à marier les filles du roi Leucippe, les deux étaient en conflit avec Lincée et Idas, les fils du roi Apharée, qui était le frère de Tyndare. Dans la bataille qui a eu lieu, Castor a été tué, et Zeus l’a métamorphosé en une étoile. Pollux, ne pouvant  pas vivre sans son frère, et, au même temps, son ami, il a demandé à Zeus de l’envoyer à côté de Castor, au ciel. Ainsi est apparue la constellation des Gémeaux.

– Les deux Dioscures ont formé depuis l’antiquité, un symbole de l’amitié entre les peuples, a averti le prêtre Hristian Lepèlerin. Si vous permettez, je vais vous donner quelques citations de la pensée de quelques hommes célèbres sur l’amitié: Aristote – “L’amitié, c’est une âme dans deux corps”, Caton l’Ancien – “L’amitié est un vêtement précieux qu’on ne le jette pas par terre à  la première tache, mais on le nettoyait”, Abraham Lincoln – “Un ami est quelqu’un qui a les mêmes ennemis comme toi”. Mais n’oublions pas que nous, les chrétiens, avons un grand ami commun – Jésus-Christ, qui, par son sacrifice, a assuré notre salut.

– Il y a le proverbe roumain : “L’ami dans le besoin on le connaît”, a ajouté l’étudiant.

…Arrêt bienvenue à Thermopyles. Le parking était à côté d’un groupe statuaire dominé par le bronze coulé, représentant le  roi spartiat Léonidas, debout avec un casque sur la tête, une lance dans la main droite  élevée au-dessus de sa tête, et un bouclier dans sa main gauche. Sur une plaque j’ai lu un épitaphe laconique, mais extrêmement passionnant, écrit par le poète Simonide de Céos: “Étranger, va dire à Sparte que nous gisons ici pour obéir à ses lois”.

Le professeur Piochlecescu a trouvé une bonne occasion pour une mini conférance:

– Thermopyles signifie “Les portes  de feu”. En l’an 480 av. J.-C., dans cet endroit, pendant une semaine, une armée grecque de 7.000 soldats, dont 300 Spartiates, menés par leur roi Léonidas, a affronté une autre de 300.000 Perses, dirigés par le roi Xerxès, fils de Darius. Après quelques attaques repoussées, les Grecs se sont retirés, mais les 300 Spartiates ont resté sur place jusqu’à ce que, après trois jours, ont été tués, et non sans causer de grandes pertes et semer la terreur parmi les envahisseurs. Peut-être que cela aurait duré plus longtemps s’ils n’auraient pas été trahis par le berger Éphialtes, qui a montré aux Perses un sentier appelé Anopée, qui a permis aux hommes de Xerxes d’attaquer les guerriers de Léonidas par  derrière.

J’ai regardé plus attentivement le paysage et j’ai réalisé son  importance stratégique: le défilé formé par la source Thermopyles dans le Mont Kallidromo est très étroit, et la distance jusqu’à la côte rocheuse du golfe de Maliakos est de seulement quelques centaines de mètres. Il y a 2.500 ans, cette distance était encore plus petite, mais les alluvions de la source Thermopyles l’ont augmenté.

…Avec le pantalon retroussé, je suis entré jusqu’au genoux dans la source  Thermopyles, qui mérite bien son nom. L’eau était presque chaude et la vapeur enrichie avec du sulfure d’hydrogène formaient, d’un endroit à l’autre, un brouillard insupportable  aux yeux et aux narines. Heureusement, il n’était pas dense. Une autre surprise désagréable a été représentée par les grosses pierres avec les arêtes émoussées, du fond du lit de la source, qui,  en raison d’une couche superficielle de sels, avaient devenues très glissantes.

– Oh … aaa … aïe … je tooombe! on a attendu le crie du professeur Piochlecescu. Heureusement qu’à côté était l’étudiant Blanchenuit, qui, vigilant et fort, a pris de la taille son mentor, en lui disant:

– L’ami dans le besoin on le connaît, professeur!

 

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“La Grèce du capricieux enamouré, Zeus”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)