La Grèce du capricieux enamouré, Zeus (34)

Les reliques de Saint Nectaire d’Égine,

le guérisseur de cancer, et…

l‘amour d’intérêt de l’Argonaut Jason

 avec Médée et Glaucé

On peut connaître la Grèce le mieux surtout en visitant les îles, et l’Égine m’a donné l’occasion de voir la vie locale basée principalement sur ​​la culture des pistaches, sur la pêche et sur les services liés au tourisme, et également de se rendre au monastère Sainte-Trinité, où j’ai touché les reliques de Saint Nectaire, le guérisseur de cancer, et d’écouter le mythe érotique avec l’Argonaute Jason et le duo: Medea et Glauca (Créuse).

On est arrivé dans la rade du port de la localité d’Égine, de  l’île homonyme. Sur le quai nous a attendu un autocar pour nous emmener au monastère Sainte-Trinité, où a lieu l’un des plus importants pèlerinages orthodoxes. Le père Lepèlerin s’est hâté de montrer ses connaissances:

– Le Saint Nectaire est né le 1er octobre, 1846, à Silivri, en Thrace, avec Anastase comme nom de baptême. À l’age de 14 ans il est arrivé à  Istanbul, où il a été pris par l’école appartenant au Saint-Sépulcre, où il est devenu pédagogue et professeur. À l’âge de 20 ans, il a été employé comme enseignant dans l’Île de Chios. Le 7 novembre 1876, il a été tonsuré moine sous le nom de Lazare au monastère Néa Moni. Après trois ans il a été ordonné diacre et a reçu le nom de Nectaire. Avec le soutien d’un homme riche, il est venu dans l’an 1881 pour étudier à la Faculté de Théologie d’Athènes. Après avoir obtenu son diplôme dans l’an 1885, il a été nommé prédicateur principal au Patriarcat d’Alexandrie, en Egypte. Il est passé par tous les grades et le 18 janvier 1889 a été consacré évêque et nommé métropolite de la Pentapole. En raison de certains malentendus, en fait, de fausses accusations de certains moines,  l’an suivant il a été envoyé en Grèce où, dans l’an 1894, est arrivé directeur du Séminaire de Théologie Rizarios d’Athènes. Dans  l’an 1904, il a fonde, avec un groupe de moniales, le monastère Sainte Trinité, sur l’Île d’Égine. Il a démissionné en tant que directeur en 1908, pour se retirer au monastère fondé par lui. Il est décédé le 8 novembre 1920, à cause d’un un cancer de la prostate. Il est commémoré le 9 novembre.

– À l’intérieur du monastère Radu-Voda à Bucarest, en entrant sur la droite, dans un cercueil, j’ai vu de reliques de Saint Nectaire, a remarqué le philologue Gramaiticu.

– En effet, au monastère de Radu – Voda, dédié à la Sainte Trinité, ont  été exposées les reliques de Saint Nectaire, apportées de Grèce dans l’an 2001. Au même temps, le monastère a pris comme patron le Saint Nectaire. Construit par le prince Alexandru II Mircea dans l’an 1570, il a été jeté en l’air par les janissaires de Sinan Pacha dans l’an 1595. Il a été reconstruit par le prince Radu Mihnea entre les ans 1613 et 1614. Dans l’an 1948, il a été transformé en Ecole du Parti de Bucarest. Il a été réactivé dans l’an 1998 par le patriarche Teoctist, en étant servi, actuellement, par 15 moines.

…L’autocar s’est arrêté à l’extérieur de l’entrée du monastère. Un laïc local vendait de sacs en plastique contenant un quart de kilo de pistaches au prix de cinq euros. Plus cher que dans les supermarchés en Roumanie! Je n’ai pas acheté. On est entré dans le  monastère. Tous les bâtiments – l’église, les cellules des moniales, la maison des pèlerins – se montraient comme neuves, en étincelant de propreté. L’église – énorme, dans le style byzantin. A l’intérieur, à côté de l’autel, un petit reliquaire d’argent avec de  parcelles des reliques de Saint Nectaire. Longue queue. Beaucoup de foi, de prières, l’espoir dans la puissance thaumaturgique de Saint Nectaire. En haut, perchées sur un rocher, étaient les cellules des moniales, y compris la cellule de Saint  Nectaire. Jusqu’à là on a grimpé quelques marches bordées, principalement, de buissons de pistachiers. Au tombeau initial de Saint Nectaire une autre longue file d’attente. Dans les cellules, avec les portes grandes ouvertes, jeunes moniales offraient le service de confession en anglais. J’ai résisté à la tentation et je suis sorti du monastère. Le vendeur de pistache n’a pas quitté son poste.

…On est revenu dans le port. On est sorti sur les rues de la localité d’Égine. Des vendeurs ambulants offraient des pistaches. Il semble que dans l’Île d’Égine le produit agricole spécifique est la pistache. Alignées, pressées comme des sardines dans une boîte,  s’enfilaient des minuscules tavernes, construites en bois, qui proposaient des plats de poisson. J’ai lu dans un menu affiché à l’entrée: morue frit salé, rouget frit, sardines frites, calamars farcis, ragoût de poulpes, seiche avec épinards, pilaf aux crevettes, homard bouilli à la sauce citron, morue aux oignons, coquilles farcies, “suvlaki” d’espadon. Sur le bord du quai un pêcheur tentait sa chance avec une canne à pêche. De lui, j’ai appris que l’appât utilisé peut consister en: sardines entières, morceaux de pain ordinaire ou de calmars, vers marins.

…On est arrivés sur le bateau. Jusqu’à la levée de l’ancre, le professeur Piochlecescu a été persuadé par l’étudiant Blanchenuit de nous dire le mythe érotique de l’Argonaut Jason, parti à la recherche de la Toison d’Or:

– Avec quoi voulez-vous commencer?

– Qu’est-ce qu’a été la Toison d’Or ?

– La Toison d’Or a été d’un énorme bélier, parleur comme les hommes, qui pourrait voler, même s’il n’avait pas des ailes. Il était le fils de Poséidon. Le bélier  était à la cour du roi Athamas de la ville béotienne Orchomène. L’épouse du roi était Néphélé, la déesse des nuages. Le couple royal avait deux enfants: Hellé et Phrixos. Mais le roi a pris une autre femme, Ino, qui voulait tuer ces deux enfants. Alors, Néphélé a envoyé le bélier avec de la laine d’or, qui était très soumis, d’enlever les deux enfants de la main de leur belle-mère et de les amener dans la ville Ééa de Colchide, quelque part dans le territoire de la Géorgie d’aujourd’hui. Les enfants se sont accrochés de laine du bélier, qui a décollé. Hellé a fait l’erreur de regarder vers le bas,  elle a eu mal d’hauteur et est tombée dans la mer. Depuis là  vient le nom de Héllespont, qui signifie “la mer d’Hellé”, aussi connue comme le détroit des Dardanelles. Phrixos a échappé et, en arrivant dans la ville, il a sacrifié le bélier en l’honneur de Zeus et a donné la Toison d’Or au roi de  Colchide. Puis la Toison d’Or a été pendue à un arbre dans un verger sacré, dédié au dieu Arès.

– D’où vient le nom “Argonautes”?

– “Argonautes” est un mot dérivé du nom “Argo”, comme a été appelée le navire de Jason, peuplée de 50 courageux, qui sont partis de Thessalie pour amener la Toison d’Or. Parmi les Argonauts ont été Héraclès, Castor, Pollux et Thésée – le roi d’Athènes.

– Quand est-ce que Jason est tombé amoureux?

– La première fois, Jason est tombé en amour avec Médée, une sorcière caucasiènne, fille d’Aétès, le roi de Colchide. En echange de la promesse qu’elle sera prise comme épouse et va devenir reine à Ialcos, elle, par ses sortilèges, a aidé Jason de bien passer les épreuves faites par son père et de prendre la Toison d’Or. Dans son amour fou pour devenir une reine riche, Médée a été capable de tuer son  frère petit Absyrte, en le coupant en morceaux, qu’elle les a jeté un après l’autre, en derrière du navire “Argo” pour se débarrasser des poursuivants menés par le roi Aétès. En effet, sa stratégie macabre a fonctionné: son père a cessé la poursuite pour recueillir les morceaux du corps déchiqueté de son fils.

– Comment a été le deuxième amour de Jason?

– Jason et Médée sont partis pauvres d’Ialco, et sont arrivés à Corinthe, où reignait Créon, qui avait deux filles: Mégare – mariée à Héraclès, et Glaucé, appelée, aussi, Créuse. Là-bas, même s’il avait deux enfants avec Médée, Merméros et Phérès, Jason a declaré son amour à Glaucé, en pensant qu’ainsi il va hériter le trône du roi Créon. Après avoir pris connaissance de cet idylle, Médée a décidé de tuer son rivale: elle a donné à  Médée une belle robe, qui, cependant, a pris feu quand elle a été habillée. Après  ça,  Médée s’est vengée et contre Jason, en tuant Merméros et Phérès. La drame de Médée, depuis qu’elle a été trahie par Jason, a été décrite par Euripide dans “Médée”.

– Si toutes les femmes mariées et trahies en amour procedéraient comme Médée, les hommes ne divorceraient plus! a crié l’étudiant. Cependant, la mythologie grecque nous apprend que depuis les temps anciens, la vengeance des femmes peut être terrible. Monde miraculeux, histoire triste… Allons, mieux, de nous détendre, en vous racontant une blague ancienne dite par Aristote: “Comparativement à l’homme, la femme aime davantage ses enfants, parce qu’elle est sûre qu’ils sont à  elle”.

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“La Grèce du capricieux enamouré, Zeus”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)