La Grèce du capricieux enamouré, Zeus (33)

Le bateau vers l’Île d’Egine et…

la série risible-lamentable

avec Aphrodite et le trio:

Héphaïstos, Arès et Adonis


Le deplacement par bateau de passagers de Pirée à l’Île d’Egine m’a offert l’occasion de voir de près l’Île de Salamine, à côté de quelle a eu lieu la bataille navale remportée par les Grecs contre les Perses dans l’an 480 av. J.-C., et d’écouter le mythe érotique dans lequel Aphrodite a entretenu de relations plus ou moins conjugales avec le trio composé d’Héphaïstos, d’Arès et d’Adonis.

Partir en croisière d’Athènes signifie, réellement, l’embarquement sur un bateau dans le port du Pirée. L’autocar nous a pris de devant de l’hôtel dans la place Omonias et on est arrivé au bateau sans se rendre compte quand on est passé d’une ville à l’autre. La guide a prononcé quelques mots:

– Le Pirée a été le principal port d’Athènes depuis l’Antiquité, en étant fortifié entre 482 et 471 av. J.-C., quand Thémistocle était archonte. Au Pirée, il a organisé la construction d’une flotte qui a permis la victoire de Salamine contre les Perses en l’an 480. Actuellement, le port du Pirée, avec un trafic de 19 millions de passagers, est le plus important dans la Méditerranée et le troisième dans le monde. J’ai entendu une remarque de  l’historien Piochlecescu:

– Les Perses, bien qu’ils ont disposé d’une flotte de trois fois plus grande, ont perdu la bataille navale de près de l’Île Salamina en raison d’une tempête qui a fait couler la plus grande partie des navires. De rage, le roi Xerxès et ses hommes ont battu la mer avec de verges.

…Après même pas une demi-heure on est arrivé à côté de l’Île de Salamine avec de dimensions  tellement grandes, que j’avait l’impression que je regardait un rivage continental. Autour, la mer était calme, elle n’avait plus les cicatrices laissées par les verges utilisées par les Perses! Seulement par le clapotement de l’eau, coupée par  l’avancement de la navire la mer, la mer semblait murmurer au sujet de la bataille navale de Salamine, de Thémistocle, de l’antiquité.

…Dans le bar-salon  un groupe de touristes sirotaient les mots de la bouche de l’universitaire Piochlecescu:

– Aphrodite a été la déesse de la beauté et nombreux dieux et mortels ont été amoureux d’elle, dont le trio constitué d’Héphaïstos, Arès et Adonis forme un mythe érotique risible-lamentable.

– Les hommes doivent se méfier de femmes belles et souriantes, qui sont les plus dangereuses, a precisé avec beaucoup de piété dans la voix et en faisant le signe de la croix, le père Lepèlerin. Seulement dans le désert les ascètes pouvaient  être sûrs qu’ils ne seront pas vaincus. Homère nous a raconté dans son “Illiade” que les Grecs se sont battus dix ans pour une femmes. D’autre part, les femmes peuvent parfois donner plus que les hommes peuvent recevoir.

– Écoutons le mythe, a voulu l’étudiant Blanchenuit.

– Comme vous le savez, Héphaïstos a été le fils de Zeus avec Héra. Sa mère, de honte, quand a vu qu’il est né avec une jambe déformée, elle l’a jeté d’Olympe dans la mer. La Titanide Thetis l’a sauvé de la noyade et l’a élevé. Lorsqu’il est arrivé  à la maturité, il est devenu un forgeron qualifié. Afin de se venger sur sa mère, Héphaïstos a forgé un trône d’or et l’a envoyé comme cadeau. Quand Hera s’est assise sur le trône nouveau, elle ne pouvait plus se lever, en étant prise dans un piège. Zeus est intervenu pour la sauver, mais en échouant, il a appelé Héphaïstos pour ouvrir le piège. Alors le fils-forgeron a demandé, comme récompence, de lui permettre à prendre Aphrodite comme épouse. Zeus a accepté. Le mariage d’Héphaïstos et Aphrodite a été considéré par les Grecs comme un symbole de l’union entre la beauté et la difformité. Elle n’a pas été fidèle à  son mari et, parmi d’autres aventures, elle a commencé à avoir une relation avec Arès, un bel homme, dieu de la guerre. Héphaïstos a appris par Hélios de l’infidélité d’Aphrodite et a décidé de se venger. Il a conçu un piège de filet à mailles fines qui l’a mis sur le lit. Puis il a fait semblant de partir vers l’Île de Limnos. En apprenant du départ d’Héphaïstos, Arès est allé à Aphrodite et vite ils sont arrivés dans le lit. Mais ils ont été pris en piège tendu par Héphaïstos, qui a appelé les dieux. À la vue des deux amants fixés dans le lit, les dieux se sont amusés à merveille.

– Concernant cet épisode, est intervenu le philologue Gramaiticu, nous a dit Homère dans le  chant VIII dans son “Odyssée”, dont je cite seulement la fin: “La nuit où Arès se rendit dans le lit d’Aphrodite, Héphaïstos les prit dans son filet au moment crucial et les immobilisa. Il appela ensuite les dieux de l’Olympe ainsi que Zeus afin de leur présenter ses plaintes (…) Les dieux (…) furent enthousiasmés (…) L’événement trouva donc son issue dans les rires des dieux”.

– Aphrodite et Arès ont eu comme progéniture Éros, le dieu de l’amour, qui a été dépeint comme un bel enfant, parfois ailées, avec carquois et l’arc, a complété l’étudiant.

– Aphrodite a été en amour avec un autre bel homme, Adonis – fils de Cyniras et Myrrha.

– Qui ont été les deux?

– Mirrha a séduit son propre père, Cyniras qui, à son tour, a été le fils de Pygmalion et Galatée.

– Qui ont-ils été?

– Pygmalion a été un sculpteur qui est tombé en amour avec Galatée, la statue en marbre façonée par lui-même, statue fait vivante par Aphrodite, à la demande de Pygmalion.

– Infatigable a été l’imagination des anciens Grecs!

– Aphrodite a voulu embrasser son enfant adoré, Eros. Par hasard, elle a atteint une flèche du carquois du garçon assez pour tomber en amour avec un autre homme, Adonis, qui était un chasseur. Pour être ensemble avec l’homme qu’elle aimait, Aphrodite a quitté Olympe et a commencé à errer dans de plaines, de collines et de forêts. Arès, jaloux, en apprenant qu’il est trahi par sa maîtresse, il a décidé de liquider son rival. Pour atteindre cet objectif, le dieu de la guerre s’est metamorphosé en un sanglier de taille énorme, qui a réussi à introduire ses dents dans la poitrine d’Adonis et le tuer. Je m’arrête ici avec le mythe parce qu’on entre dans le port.

– Aphrodite et Adonis ont eu d’enfants? a demandé de plus l’étudiant.

– Il semble que les deux ont eu Priap, le dieu de la fertilité et de la fécondité du jardin, qui a été généralement représenté dans l’esprit des Grecs anciens comme difforme, avec un énorme pénis toujours en érection. Il existe des variantes dans lesquelles Priap aurait être l’enfant d’Aphrodite avec un père inconnu, Zeus, Hermès ou Dionysos.

– Oh! De Priap dérivent les mots priapique et priapisme, a constaté l’étudiant. Est-ce que le roi Carol II a souffert de priapisme?

La dernière question de l’étudiant est restée rhétorique, parce que tout le monde est allé, pressé, à l’escalier de l’embarcadère.

 

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“La Grèce du capricieux enamouré, Zeus”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)