La Grèce du capricieux enamouré, Zeus (5)

Le gymnase de Delphi et

la cicatrice dOdysseus (Ulysse)

     Delphes a une résonance particulière pour les lecteurs de “L’Iliade” et de “L’Odyssée”, parce que c’est aussi l’endroit où Odysseus, avec le nom latinisé d’Ulysse, a été blessé par un sanglier.

     Quiconque arrive par l’autocar à Delphes ne s’arrête que dans le seul parking de cette côte de la montagne, situé en face du Musée Archéologique. De là, afin de se faire une idée du Sanctuaire d’Apollon, le touriste, même à court de temps, doit monter la Voie Sacrée, sinon, il voit que les sommets des colonnes du Temple d’Apollon. Cette chose n’est pas vraie dans le cas du soi – disant Gymnase, parce que ce monument est situé beaucoup plus bas du parking et il est visible comme dans la paume, seule la distance jusqua’à là, de maximum un kilomètre représente un inconvénient.

     – Le Gymnase de Delphes, nous a éclairé l’universitaire Piochlecescu, a été construit autour de 330 avant Jésus Christ. sur deux terrasses. Sur la terrasse supérieure est un portique soutenu vers l’extérieur par 83 colonnes. Initialement, les colonnes étaient dorique, mais après l’arrivée des Romains, ils ont été remplacées par d’autres en style ionique. À l’intérieur du porche est une piste  avec la longueur de 178,3 mètres et la largeur de 7,5 mètres, appelée “paradromis”. Pour devenir un plan parfait, le sol a été amenagé périodiquement, de sorte que le portique est aussi appelé “xiste”, c’est-à-dire, “raclé”. Au-dessous du toit de ce portique les athlètes s’entraînaient en cas de pluie ou de chaleur.

      – Les colonnes on les voit clairement, tant  qu’elles sont restées!

     – Là-bas s’entraînait dans sa jeunesse l’héros homérique Ulysse, le nom latinisé d’Odysseus, est intervenu et le philologue Gramaiticu. Lors d’une chasse organisée par ses cousins ​​dans la broussaille de proximité, il a été blessé à la jambe d’un sanglier. Après dix ans parcourus au siège de Troie, Ulysse a voulut se retourner à Ithaque, appelée Itaki en grec, une île de l’archipel des îles Ioniennes. Ulysse a  voulu se retourner à sa femme Pénélope et son fils Télémaque. Mais les dieux ont voulu qu’Ulysse ne pas rentre à la maison qu’après dix années de pérégrinations et d’épreuves,  chacune plus étrange que les autres. Les années de  souffrance l’ont beaucoup changé, qu’il était difficile à le reconnaître. Ulysse se rendait d’abord à la hutte d’Eumeu, le porcher, qui l’a reconnu. Puis est venu Télémaque, qui juste s’est rentré d’un long voyage à travers Hellada, à la recherche de son père. Il n’a pas reconnu son père. Eumeu leur a dit que, dans le dernier temps, se sont réunis de nombreux prétendants d’Ithaque et de tous les territoires de son royaume pour conquérir la main de Pénélope, et, par conséquence, pour monter au trône. En entendant cela, Ulysse a révélé à Télémaque qu’il est son père, après quoi ils ont établi un plan pour se venger contre ces prétendants indésirables. Pendant ce temps, Anticlée, la mère d’Ulysse, est morte et Laërte, son père, s’est retiré dans un vilage. Ulysse s’est déguisé en mendiant et est entré dans le palais avec Télémaque. Le premier qui l’a reconnu a  été Argos, son chien, qui à la vue de son maître est mort. Puis l’a reconnu Euryclée, la vieille servante, qui a été aussi la nourrice d’Ulysse. Lors qu’elle lavait les pieds, à la vue de la cicatrice sur un genoux, elle a reconnut Odysseus, malgré le fait qu’il a été déguisé en mendiant. Ce signe violâtre de l’inventateur du cheval de Troie, une chose banale en soi, est devenu au fil des siècles une véritable épopée sémiotique. D’un intérêt particulier à cet égard est le livre “La cicatrice d’Ulysse”, paru en 1982, de l’Allemand Erich Auerbach, qui est entré à l’attention des exégets roumains, y compris d’Octavian Paler. Vous avez entendu parler de lui.

     – Octavian Paler ne figure pas dans les manuels scolaires,  s’est défendu Sophistoc Blanchenuit.

    – Cependant, je vous recommande la lecture du livre “Aventures solitaire”, que j’ai pris dans ce voyage et que je peux vous en prêter.

     …Plus tard, dans l’autocar, j’ai laissé de côté la honte et j’ai prié l’universitaire Gramaiticu de me prêter le livre d’Octavian Paler…

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“La Grèce du capricieux enamouré, Zeus”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)