La Grèce du capricieux enamouré, Zeus (8)

Les mouettes affamées du Mont Athos

 

     Pour les touristes chrétiens – orthodoxes, la Grèce a une résonance toute particulière en raison de la présence sur son territoire de la Sainte Montagne (n.a. “Aguion Oros”), mieux connu comme le Mont Athos (n.a. “Oros Athos”).

      Ce centre de taille mondiale de la vie monastique orthodoxe – et aussi l’un de l’art et de la littérature – est une péninsule à environ 50 kilomètres de long et 10 kilomètres de large, en ayant au bout le sommet le plus haut, de 2033 mètres, également nommé Athos.

     J’étais sur un bateau qui vient de sortir du port de Ouranopoli sur la route de la côte de sud – ouest de la péninsule, à une distance de 500 mètres du rivage, parce que parmi les touristes venus de tout les méridiens étaient aussi de représentantes d’Eve. Le professeur Piochlecescu a apporté de précisions sur cette restriction surprenant aux  certains séculiers:

     – Par le décret donné en 1050 par l’empereur byzantin Constantin Monomachos, qui a régné entre 1042 et 1055, on a interdit à tous les créatures femelles  plus évolués que la poule.

     – Que la poule?

     – Sauf les chats, jugés nécessaires à l’éradication des rongeurs.

     – Il y a une logique. Les femmes representent une tentation érotique, relatée aussi par Ion Creangă dans “Souvenirs d’enfance”, où les moines et les nonnes se sont réunis à la forêt, prétendument à la recherche d’éponges. Même dans l’interdiction des chèvres je vois une explication suggérée par le même auteur, surnommé “Prêtre-Crème”, dans une histoire non-recommendée  dans les manuels scolaires – a ajouté l’ami Sophistoc, en semblant beaucoup plus sage que son trop jeune âge lui a permis.

     – De quoi est-ce qu’il s’agit? j’ai fait semblant que je ne comprends pas.

   – Un prêtre a été pris tout en faisant… hum, quelque chose, vous voyez ce que je veux dire, avec une chèvre derrière  une botte de foin, qui se trouvait dans le jardin. Le villager, avec le cou tendu par-dessus la clôture et les yeux grands ouverts, a crié, je relate de mémoire: “Tu n’a pas honte? Je ne m’attendais pas juste de ta part, face de l’église, de pécher avec une chèvre.” Ensuite, le prêtre a répondu: “Tu a de la chance, je suis occupé, sinon, je te donnerais une torgnole sur  ton dos”.

    …Le bateau avalait rapidement mile après mile. Une volée composée de dizaines de mouettes suivait le bateau. Le soleil brillait comme dans un jour de la fin d’avril à la parallèle 40, mais le curent d’air formé par l’avancement du navire a été particulièrement forte, avec des micro-gouttes salées, un énergofague insatiable  de la chaleur de la peau. Le plus prudent il était de regarder à travers les hublots du bar-salon ou de s’asseoir bien emmitouflé sur une des banquettes avec dossier, située dans la poupe.

     …On n’était pas encore arrivé devant le premier monastère. L’étudiant, en ayant une carte à la main, s’est assis sur la banquette, entre moi et le professeur Gramaiticu, pour nous dire:

  – Regardez, “Aguion Oros” fait partie, à côté de Sithonia et Kassandra, d’un groupe de longues excroissances, parallèlement les unes aux autres, qui sont attachés à la péninsule “Halkidiki” appelée en français Chalcidique, comme les mamelons d’une chèvre à une mamelle de mouton.

     – Ouais, parfois vous faites de  comparaison très bizarre! a marmonné, dans sa loi, monsieur… Virgule!

    …Enfin, on est arrivé en face du premier monastère, très proche de la mer, à environ 30 mètres, appelé Docheiariou. À un haut-parleur on a entendu des exposés de guides de divers groupes de touristes. Il est venu au microphone le tour de notre guide, “La Sainte Mountain dispose de six catégories d’établissements monastiques: monastères, skites, cellules, cabanes, hutte, ermitages. Le nombre  des monastères est de 20 et ne peut être augmenté ou diminué. Parmi eux, 17 sont grecs, comme suit: Grande Laure, Docheiariou, Vatopedi, Iveron, Dionysiou, Koutloumousiou, Pantocrator, Philotheou, Xeropotamou, Karakallou, Simonopetra, Aghios Pavlos, Stavroniketa[, Xénofon, Grégoire, Esphigmenou et  Konstamonitou. En outre, il y  a aussi les monastères suivants: l’un russe – Saint-Pantéleimon, l’un serbe – Hilandar et l’un bulgare – Zographou.  Maintenant, à l’aproche de Pâques, les moines gardent le jeûne noir, c’est-à -dire, ils ne mangent rien et ne boivent que de l’eau.”

       Le philologue universitaire a commenté:

    – Notre guide était un peu avare de mots. Au lieu de cela, Dimitrie Bolintineanu, dans “Les voyages aux Roumains de Macédoine”, est venu avec plus de détails, je cite de mémoire: “Sur le dos bossu du Mont Athos il y a 10 skites, 20 monastères, 250 cellules et 150 ermitages”.

    …On passait en revue les monastères, en constatant qu’au chaqun on montait au ciel au moins une grue, un signe que ces  établissements monahales ont leurs  budgets excédentaires. Mon regard a été attirée sur l’étudiant du groupe qui, appuyé d’une main sur le bastingage de l’extrémité de la poupe, a constaté que les mouettes n’ont pas peur de s’approche et, en vol, de picorer de morceaux du pains tenus dans l’autre main, tendue vers le haut. Certains touristes ont également commencé à imiter le jeune ingénieux. Après il s’est fatigué, en tenant le bras en position, Sophistoc s’est approché de moi et m’a dit:

     – Voici un exemple de raisonnement. Les moines, en prenant le jeûne, n’ont plus quoi jeter aux poubelles. Les mouettes ne trouve plus de la nourriture sur la terre. Par conséquent, ils oublient leur reflex d’auto-préservation et arrivent d’en   picorer des mains des touristes du navire.

     – Ouais … euh … ouais … euh … parfois vous faites certains raisonnement au moins étranges! je me suis exclamé, n’en pouvant pas, pour le moment, me rendre compte si, par hasard, il  s’agissait d’un sophysme, quelquonque…

 

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“La Grèce du capricieux enamouré, Zeus”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)