Le vieil homme et la Cuba (4)

“13 Mars”, une place, un remorqueur,

un révolutionnaire fusilé

par les gardes de Fulgencio Batista,

41 fugitifs noyés

par les gardes de Fidel Castro

 

     La place 13 Mars (n.a. “Plaza 13 de Marzo”), à côté du parc des Martyrs de 71 (n.a “Parque Martires del 71”), le parc d’Enamoureax (n.a. “Parque de los Enamorados”) et le parc Céspedes (n.a. “Parque Céspedes”) forment un ensemble urbain adjacent à la côte maritime, le plus aéré dans la Vieille Havane, qui invite à une promenade de déstresser, quand, d’une mannière normale, les pensées peuvent circuler librement, les connexions des neurones du cortex se font de façon aléatoire, apparait la méditation, si propice aux idées nouvelles, innovatrices.

     Un autre arrêt du cocotaxi du guide Euridiciónito. Au lieu de me détendre dans la place 13 Mars, j’ai appris deux événements troublants. D’une part, le 13 mars 1957, les gardes de Fulgencio Batista ont fusilé un étudiant cubain, combattant pour la révolution castriste. De même, j’ai pris note du fait que le 19 juillet 1994, un remorqueur appelé le “13 Mars”, avec 72 Cubains, apeurés par le résultat de révolution castriste, a été coulé par les gardes de Fidel Castro et, à la suite, 41 d’entre eux se sont noyés, dont dix enfants.

     Le cocotaxi s’est arrêté sur la rue Agramonte,  à la proximité d’une zone rectangulaire, à environ 150 mètres de long et 80 mètres de large, en ayant sur l’axe longitudinal une allée avec de dalles marron avec aspect de marbre, bordée par de bandes de gazon et d’arbres tropicaux, appelée le parc 13 Mars. Le guide est venu avec d’explications:

     – Le 13 Mars a une double signification. Les gouvernants ont donné cette dénomination en souvenir du jour du 13 mars, 1957…

     – Euh… au temps du président de jure Fulgencio Batista.

    – Euh… il avait alors un autre mandat et le dernier du président. Ce jour-là un groupe d’étudiants dirigés par José Antonio Echeverría…

    – José Antonio Echeverría?

   – José Antonio Echeverría est né le 16 juillet 1932 dans la localité San Juan de Dios de Cárdenas, la province de Matanzas. À l’automne de 1951, il s’est inscrit à l’architecture à l’Université de La Havane. Il a participé à des manifestations contre le président Carlos Prío Socarrás…

     – Carlos Prío Socarrás?

    – Prío Socarrás a pris ses fonctions le 1er juin, 1948. Après le coup d’État de Fulgencio Batista, il a quitté Cuba le 10 mars 1952 et s’est installe à Miami, non loin de Cuba. Là – bas il s’est suicidé…

     – S’est suicidé?

    – L’histoire est un peu long.

    – Dites – le, s’il vous plaît.

    – Quand il a quitté la Cuba, Prío Socarrás a pris avec lui qelques millions de dollars, comme tout président qui… hm, hm… se respecte. À Miami il a commencé d’affaires dangereuses, a exporté d’armes. Par exemple, le 4 décembre 1953, il a été arrêté pour violation de la Loi de neutralité, qui interdit l’exportation d’armes vers des pays en guerre. Il semble que ces armes étaient d’atteindre les forces anti – Batista. Il a été libéré contre une caution de 50.000 dollars et un payement des frais de jugement de 25.000 dollars. Prío Socarrás aurait financé avec 2.500.000 les actions de la révolution castriste, dépenses qui l’ont amené à la faillite. Un prêt consenti à une banque à Puerto Rico, à qui n’arrivait plus de payer les taux, l’a fait de se tirer une balle dans le coeur le 5 avril 1977.

     – Allons continuer avec Antonio Echeverría, s’il vous plaît.

     – Il a été élu président de l’Association des étudiants de la Faculté d’Architecture en 1954 et en 1955. Dans le dernier an il a fondé la Directorat Révolutionnaire, qui a organisé d’actions quasi quotidiennes anti – Batista. En juillet 1956, il a assisté à une conférence d’étudiants latino-américains. Le mois prochain, il est arrivé au Mexique, où il a rencontré Fidel Castro. Là, lui et deux autres étudiants du Directorat Révolutionnaire, Faure Chomón Mediavilla et Fructuoso Rodríguez, ainsi que Frank País, l’un des leaders du Mouvement du 26 Juin, ont signé la soi-disant Pacte du Mexique, un grand pas dans l’unification des forces pour le renversement de la dictature de Fulguencio Batista…

     – Passons plus loin…

     – Je ne sais plus… où je suis arrivé.

     – Vous avez dit que… un groupe d’étudiants…

     – Euh… un groupe d’étudiants dirigé par Antonio Echeverría est entré dans le siège de Radio Reloj…

     – Radio Reloj?

    – Radio Reloj, c’est-à-dire Radio Montre, a été créée le 1er juillet 1947 à La Havane. Un bruit de fond contenait le tic – tac d’une montre chaque seconde; en outre, un bip et une annonce de l’heure apparessait chaque minute…

     – Intéressant! Continuez, s’il vous plaît.

   – Comme je l’ai dit, ils ont attaqué les forces de garde et ont pénétré dans les locaux de Radio Reloj. Antonio Echeverría a pensé à tenir un discours de trois minutes, le temps maximal aprecié par lui, jusqu’à ce que vont venir de renforts de forces de l’ordre.

     – Combien de temps a duré le discours d’Antonio Echeverría?

     – Exactement 181 secondes, jusqu’à ce qu’il a été abattu par les gardes de Fulgencio Batista.

     – Ooo… horrible …

     – Ces trois minutes ont inspiré de nombreux écrivains, dont Yevgeny Yevtushenko. Avez-vous entendu parler, n’est-ce pas?

     – Euh… Yevgeny Alexandrovitch Yevtushenko est un écrivain russe prolifique… très apprécié… aaa… je me suis souvenu… il a écrit le scénario du film “Moi – Cuba”… je l’ai vu quand j’étais lycéen… depuis il est passé un long espace de temps… je voudrais à entendre votre presentation, comme guide.

     – Yevgeny Alexandrovitch Yevtushenko est né le 18 juillet 1932, dans la localité sibérienne Zima…

     – Non en 1933?

   – Sa mère, Zinaïda Ermolaevna Yevtushenko, artiste, travailleur émérite de la République Soviétique Fédérative Socialiste de Russie, a lui modifié le certificat de naissance, l-a fait plus jeune pour simplifier leur retour à Moscou, après s’avoir refugié  dans la ville sibérienne Zima, au cours de la Deuxième Guerre Mondiale…

     – Zima signifie “hiver”, un nom approprié…

     – Yevgeny Yevtushenko a pleinement bénéficié de l’influence de la mère. Ainsi, en 1952, après avoir sorti, attention, seulement un livre – “Les prospecteurs de l’avenir” (n.a. Разведчики грядущего), mais avec d’éloges apportés à la dictature stalinienne, il. a été reçu à l’Union des Écrivains  de l’Union des  Républiques Soviétiques Socialistes. Et à l’Institut de Littérature “Maxime Gorki” de Moscou il est entré aussi avec de pistons…

     – Oh… monsieur Euridiciónito! Vous offensez un grand écrivain!

    – Même Yevgeny Yevtushenko a reconnu ce que je vous ai dit, c’est vrai, en 1962, dans “Autobiographie prématurée”. J’ai le cahier avec de texte à présenter. Comment est – ce que vous voulez, que c’est moi qui lisse en russe ou vous?

     – Donnez-moi le cahier, je l’ai prié, curieux de voir le texte de plus près.

    – J’ai lu un texte  écrit dans l’alphabet russe: “Меня приняли в Литературный Институт без аттестата зрелости  и почти одновременно в  Союз      Писателей, в обоих случаях сочтя достаточным основанием мою книгу. Но я знал ей цену. И я хотел писать по-другому.”(n.a. On m’a reçu à l’Institut de Littérature sans examen et environ au même temps dans l’Union des Écrivains, dans les deux cas on a considéré comme motif suffisant mon livre. Mais je savais sa valeur. Et j’ai voulu écrire différemment.)

     – Que je vous traduisse? le guide m’a demandé, après avoir vu que j’ai terminé de lire.

    – Non, merci. C’est une confirmation de ce que vous avez dit. Il dit aussi qu’il a voulu écrire ce livre autrement…

     – En 1952 Yevgeny Yevtushenko avait 20 ou 19 ans. Il est un écrivain controversé encore sur la date de naissance… Il a débuté comme un stalinien, puis s’est contredit, en devenant un important représentant de la génération du “dégel post-stalinien” et après le 26 décembre 1991, quand l’Union des Républiques Soviétiques Socialistes s’est effondrée, il a d’accès de nostalgie pour les années précédentes. Est – ce que vous voulez que je vous lisse une poésie du son volume de début?

    – Euh… qu’elle ne soit pas trop longue…

    – Je vais lire seulement la première strophe.

     – Mieux je vais la lire moi – même, parce que ma prédominance sensorielle est visuelle.

     Le guide m’a donné le cahier:

“Я знаю:
Вождю
бесконечно близки
мысли
народа нашего.
Я верю:
здесь расцветут цветы,
сады
наполнятся светом.
Ведь об этом
мечтаем
и я
и ты,
значит
думает Сталин
об этом!”

     – Est – ce que vous voulez que je vous traduisse? a demandé à monsieur Euridiciónito, en voyant que j’ai terminé à lire.

     – Euh … oui, pour plus de certitude.

     – Je traduis avec aproximation:

“Je sais:

au Dirigeant

indéfiniment de proches

les pensées

de notre peuple.

Je crois:

ici poussent de fleurs,

de jardins

se remplissent de lumière.

Parce qu’à ça

nous rêvons

et moi

et toi,

c’est-à-dire

Staline pense

à ça.”

     – Extraordinaire traduction!

     – Les touristes de la Fédération de Russie rient de bon cœur quand je leur lis ces vers. Certains demandent de les relire. Ils me donnent de gros bakchich. Ils sont riches!

     – Allons réduire le nombre de paranthèses. On va nous prendre la minuit.

     – Mais je n’ai pas fini la présentation.

     – De quoi il s’agit?

     – “13 Mars” est le nom d’un remorqueur plein de 72 Cubains, qui ont tentaient de fuir en Floride. La Garde Côtière les a intercepté, les a attaqué et le remorqueur a coulé. Se sont noyée 41 fugitifs, dont dix enfants.

   – Quand est – ce que c’est passé cette tragédie?

   – Le 13 juillet 1994, le remorqueur a quitté le port de La Havane. Après une dizaine de kilomètres de route, à l’environ 3,00 heures, deux navires de la Garde Côtière ont capturé le remorqueur; l’un a coupé le chemin, tandis que l’autre l’a frappé en arrière. D’autres deux navires sont arrivés là. Les passagers du remorqueur ont été arrosés avec le jet d’eau à haute pression, en les balayant de pont. Seulement le matin, à la lumière du soleil, a commencé l’action de sauvetage…

    – Horrible! Monsieur Euridiciónito, este – ce que vous avez encore quelque chose à dire de la présentation du parc 13 Mars?

    – Non, je viens de terminer.

    – Ensuite, allons au prochain objectif touristique, s’il vous plaît, j’ai dit, en pensant aux dizaines de milliers de Roumains, qui ont essayé de se sauver de la “l’époque  d’or”, de traverser le Danube en Yougoslavie, aux Cazane (n.a. Chaudières, l’une de gorges de Danube), appelées suggestivement et “les Chaudières de la Mort”, à ceux qui n’ont pas réussi à s’échapper, en étant fusilés,  percés par de gaffes, frappés à la fontanelle de la tête avec de rames, déchirés par les hélices de navires de la Garde Frontière.

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“Le vieil homme et la Cuba”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)