Les mangeuses de rouge à lèvres de Casablanca (45) – Tsaqalidia se marie

     Une définition sobre du mariage peut être trouvée dans les dictionnaires encyclopédiques: “Union légale, librement consentie entre un homme et une femme pour fonder une famille”. Pendant le socialisme soviétique a circulé une référence caricaturisée sous la forme d’une blague: “Un auditeur demande: «Qu’est-ce que c’est le mariage?» Radio Erevan répond: «Le mariage est une sorte de forteresse, ceux de l’exterieur veulent entrer, et ceux de l’intérieur désirent… sortir»”. Dans les cinq ans, quand j’ai accordé assistance didactique au Maroc, j’ai eu l’ occasion de connaître de cérémonies de mariage différentes de celles roumaines.

     En un week-end, je me suis retrouvé sur la plage d’Agadir, la station climatique la plus importante de la côte atlantique marocaine. À l’heure du dejeuner je me suis retiré sur la terrasse ombragée d’un restaurant. J’ai pris place à une table d’où je pouvais voir au premier plan une place pavée de dalles, au milieu de quelle  était une assiette de béton d’environ six mètres de diamètre et 20 centimètres de profondeur,, placée sur un support d’environ un mètre de haut. Le garçon m’a informé qu’une dizaine d’années auparavant, cet énorme vaiseau a été rempli avec l’une des spécialités culinaires typiques des pays arabes, appelée couscous, en  réalisant ainsi un record mentionné dans le “Guinness Book of World Records”. . Dans le deuxième plan ma rétine était impressionnée par le blanc-jaunâtre de la plage et le bleu-vert de l’océan Atlantique. Le paysage a été rempli par le tronc longilin d’un palmier terminé au sommet avec trois ou quatre feuilles en lambeaux. Dans l’air, l’odeur d’algues se combinait avec celle  de… plats épicés. Régnait un silence interrompu parfois  de cri de mouettes égarées, les bruits sourds produits par le contact avec le rivage des vagues plus grandes, formées de l’agitation de bateaux au large de la mer, ou… les bruits de manipulation maladroite des couverts. J’avais commandé la spécialité de la maison, qui ne pouvait être qu’un… couscous et mon cortex avait délégué l’autorité de gestion de l’organisme vers le système nerveux neuro – végétative afin de porter à bonne fin et avec un minimum d’effort l’activitlé qui suivait. Une voix cristalline a interrompu ce prélude:

      – Bonjour, monsieur Doru, quelle surprise de vous voir ici. J’ai regardé à la source de la communication et j’ai reconnu immédiatement Jamila, une de mes anciennes étudiantes de Casablanca. Elle méritait bien son nom et peut-être l’un des auteurs anonymes des histoires “Mille et une nuits” aurait la décrit ainsi de suit: le visage comme la pleine lune, quand elle se lève, les yeux babylonique (n.a. charmants, Babylone en étant longtemps considéré par les Arabes comme un centre mondial de la magie), le corps  souple, et ondulant comme de lionesse, les jambes comme de gazelle. Elle portait un maillot de bain taillé avec une grande économie de matériel. Les. lunettes de soleil levées au sommet de la tête et un sac à main tressé en paille de riz lui complétaient la tenue de plage.

     – Bonjour, mademoiselle Jamila, la surprise est réciproque, je lui ai répondu. Assieds-toi à la table. Quelle occasion t’a amèné à Agadir?

    – Je suis venu pour assister au mariage de ma cousine Tsaqualidia (n.a. Conformiste), qui a lieu à Inezgane, une localité située à 20 kilomètres d’Agadir. À Casablanca certains mariages se sont transformés en de kermesses avec de cadeaux. Ici, les gens conservent mieux la tradition. Un mariage tient au moins quatre jours. Il est très fatigante pour tout le monde . Aujourd’hui, je me suis proposé de me détendre un peu. J’espère que mes parents ne vont pas sentir mon absence dans la foule des centaines d’invités.

   – Je suis curieux de savoir comment a lieu un mariage au Maroc. Peux-tu me dire? Comme une récompense j’offre quelque chose. Que manges-toi?

       – Je ne mange rien, parce que depuis je suis arrivé à Inezgane j’ai mangé tout le temps, comme un malade de boulimie pour faire passer plus vite le temps  Je boirais une boîte de Schweppes tonique.

     – C’est tout? Si tu veux encore  quelque chose, que tu me dises, j’ai dit satisfait de réponse.

     – Les jours de mariage sont appelés comme suit: 1) “nahar el tankil”, le jour du déménagement; 2) “nahar el zina”, jour de l’ornement, appelé aussi “nahar el firs”, le jour du matelas; 3) “sabah”, le matin; 4) “nahar el aul”, le premier jour après sabah; 5) “nahar itani sabah”, le deuxième jour après sabah; 6) “nahar talat sabah”, troisième jour après sabah; 7) “nahar rabaa sabah”, le quatrième jour après sabah; 8) “nahar khamis sabah”, le cinquième jour après sabah. Dans “nahar el tanqil”, le marié se déplace dans une maison louée, appelée “dar el saloua”, la maison de la distraction, qui est adjacente à celle de ses parents, appelée “dar el ors”, maison du mariage. Dans le deuxième jour on prépare la chambre nuptiale, située dans la maison des parents du marié. Aussi, il y a trois rituels: “takab”, l’hérissement (n.a. de la coiffure), “aala gharma el ouris fil chlia”, la complimentation  du marié sur la chaise, et “laila el doukhoul”, la nuit de l’entrée. Dans le cadre du premier rituel, qui est de purification, on lave la mariée sept fois avec un seau d’eau et on fait une coiffure hérissée spéciale, sur laquelle est posé un voile d’étoffe brodée. Le deuxième rituel comprend le coiffage du marié, temps dans lequel ses amis lui apportent de compliments. Vers le soir a lieu le rituel “laila el doukhoul”, quand la mariée avec un voile sur le visage et ses parents viennent à la maison des parents du marié. Puis vient et le marié vêtue d’un burnous blanc. Dans la chambre nuptiale on enleve le voile mis sur le visage de la mariée et la cape mise sur la tête de marié de sorte que les deux jeunes gens puissent se regarder les yeux dans les yeux pour la première fois. Après ça, tout le monde se retire dans la salle à manger où ils mangent. Les mariés sont portés par les invités de la noce dans une plate-forme pour chacun et on fait un tour des tables. Puis la mariée s’en va pour dormir seule dans la chambre nuptiale, et le marié dans la maison voisine. Dans “sabah”, le marié reste tout le matin dans la maison voisine et deploye des activités distractives avec des amis. À midi, il vient dans la maison de ses parents, où tout le monde dejeune. Dans la soirée, les mariés entrent dans la chambre nuptiale et a lieu leur première relation conjugale. Immédiatement après, suit le rituel “el siroual”, le pantalon, dans lequel le marié montre à  ses parents et de la mariée son pantalon de pyjama taché de sang, preuve de virginité de la jeune femme.

      Jamila s’arrêté de l’exposé parce qu’était venu le garçon  avec le jus et le couscous. J’avais beaucoup de questions à l’esprit, mais une ne pourrait pas être reportée:

     – Quand este-ce qu’a lieu la cérémonie de mariage de Taqualidia à la mosquée?

     – Il n’existe pas quelque chose comme ça dans la réligion musulmane, parce que les femmes n’ont pas le droit d’entrer dans la salle principale, mais seulement à l’annexe de la mosquée, et les deux mariés seraient assis dans de pièces séparées. Il est logique, non?

    – Euh, excuse-moi, je devrais penser, c’était une question stupide, j’ai reconnu.

– Vous n’êtes pas le premier homme, qui perd la tête en ma présence, m’a consolé Jamila.

 

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“Les mangeuses de rouge à lèvres de Casablanca”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)