Les mangeuses de rouge à lèvres de Casablanca (57) – La pyramide du Caire

      L’Egypte représente une destination touristique et par l’existence de plus de 60 pyramides sur la rive gauche du Nil, dont les plus accessibles sont situées sur le plateau de Gizeh, où, selon les informations lues dans un guide de grande circulation internationale, on arrive après un voyage de 40 minutes avec un moyen routier menant du Caire, plus précisement de Midan Tahrir (n.a. place de la Libération) – le kilomètre zéro du pays des pharaons. J’étais dans une station de taxi de cette place, où je négociais – avant et jamais après le transport – le tarif d’un voyage à l’une des sept merveilles du monde. Le chauffeur de taxi a appliqué le soi-disant truc du vendeur du bazar: sa demande initiale a été… 150 livres égyptiennes, beaucoup plus grande que celle voulue vraiment, après quoi, à la réception de mon refus, il est revenu à… 45 livres égyptiennes (n.a. environ 11 dollars), prix qui, à cause de la réduction ahurissante, m’a semblé acceptable. Nous nous sommes montés dans le taxi en compagnie de mon épouse – Ella et mon fils – Edy, et après une demi-heure, en dépit de la congestion sur la route, nous sommes arrivés à ce qui est appelé “Rest House”, en fait un café situé au pied de la pyramide de Khéops. Ici j’ai encore procédé comme les touristes étrangers avec de l’expérience gagnée dans les bazars du Caire: avec un billet de banque de 100 livres égyptiennes dans une main à la vue, j’ai attendu que le chauffeur de taxi me donne premièrement… le reste de 55 livres, après quoi j’ai lui remis le billet de banque respectif.

     Échappé de ce moment stressant, j’ai regardé autour, où j’ai vu de pyramides, de chameaux, de photographes professionnels et beaucoup, beaucoup de touristes. Les pyramides de Gizeh impressionnent par leur grandeur. Mais, lorsqu’on s’approche d’elles, une question obsédante attend une réponse: comment ces gens de l’âge du bronze ont réussi  à élever les 23 millions de blocs de pierre, qui  pesent en moyenne 2500 kilogramme pour construire, par exemple, la pyramide Cheops (n.a. en environ 2650 av. J.-C.)?  À la base de ce bâtiment, j’ai eu une raison d’étonnement: j’ai vu Sacha (n.a. Alexandre) Vsegdapianiievitchi (n.a. Toujoursivre) Velikii (n.a Legrand), voisin d’appartement à Oran, transfuge soviétique au Canada, où il a été envoyé avec une bourse pour des études de doctorat en ingénierie, devenu citoyen de cet état par un mariage avec une canadienne d’origine russe, venu en Algérie pour accorder assistance didactique à l’École Normale Supérieure d’Enseignement Polytechnique de la ville decrite par Albert Camus dans le roman “La Peste”. A côté de lui, j’ai remarqué sa femme Krasavita (n.a. Belle). Après les salutations de rigueur, Sacha a voulu nous informer:

    – Les pyramides sont considérées comme de toumuls, c’est-à-dire monticules élevés aux fins de protection, au-dessus des tombes des pharaons. La monumentalité de ces abris est destinée à inspirer la crainte et le respect des gens envers les pharaons et la conviction qu’ils sont d’origine divine. La forme de ces tombes symbolise l’ascension de l’âme des pharaons au ciel.

      – Mais, pourquoi, dans les 60 pyramides on n’a pas trouvé les dépouilles de défuncts, même dans les enceintes non pillées? je lui ai demandé.

     – Vous voulez dire apparement non pillées. Mon opinion est que ces tombes ont été pillées, même par leurs fossoyeurs, qui puis ont reconstruit les murs et les scellés, a été la réponse de Sacha. D’autre part, selon le livre “Guinness Book of World Records”, la pyramide de Khéops n’est pas la plus grande dans le monde.

     – Mais quelle en est? j’ai admis mon ignorance.

     – La plus grande pyramide du monde est Quetzalcoatl, située dans la ville mexicaine de Cholula, a répondu avec fierté non dissimulée Sacha.

     …Après quelques heures de promenade parmi les pyramides nous sommes arrivés au Sphinx.

     – Le Sphinx est un monstre fabuleux avec un corps de lion et une tête humaine, Sacha a senti le besoin d’expliquer.

     – Il semble que le nez a été détruit, j’ai remarqué.

     – C’est vrai ce que tu dis. Tant le nez et le menton ont été bombardés par l’artillerie mamelouke durant d’exercices de tir. Le visage du Sphinx est du pharaon Kéfren (n.a. 2589-2566 av. J.-C.). Entre ses pattes avant on peut voir une colonne commémorative de granit, avec de signes hiéroglyphiques, élevée plus tard, à la demande du pharaon Thoutmosis IV (n.a 1423-1417 av. J.-C). L’inscription relate un rêve de ce pharaon, quand il était encore un prince, dans lequel lui s’est montré le Sphinx, qui lui a promis le royaume d’Egypte, s’il enlevé le sable autour de lui. Une version moderne de cette histoire joue sur… Gamal Abdel Nasser au lieu de pharaon, et la condition posée par le sphinx est… de lui procurer un passeport pour pouvoir quitter l’Egypte pour toujours.

     – Comment est-ce que tu sais ces détails? j’ai demandé à Sacha.

     – Mon père a accordé assistance didactique en Egypte de 1971 à 1976 et a eu le temps d’informer. Quand il venait à la maison à Moscou, j’écoutais fasciné toutes ses impressions de ce pays arabe.

     – Pourquoi le père a quitté l’Egypte en 1976? j’ai eu une curiosité .

     – Parce que, dans cette année, le président Anwar Sadate a abrogé le Traité de coopération avec l’U.R.S.S. Lié à cet événement, mon père m’a raconté l’histoire suivante: avant de passer de la douane de l’aéroport du Caire, un représentant de l’ambassade soviétique lui a mis autour du cou des colliers d’or en poids total de environ un kilogramme, lesquels il les a livré dès que l’avion a atterri à Moscou. De la même manière ont été contraints de faire les quelque 6.000 enseignants, 1.000 médecins, 3.000 spécialistes dans la construction des logement, des routes ou de  l’électricité, 20.000 conseillers de l’aviation militaire, qui travaillaient dans la terre des pyramides. Le gouvernement de Moscou a transformée en métal précieux une partie des livres égyptiennes reçues comme paiement pour les services rendus par les citoyens soviétiques sur le territoire de ce pays arabe.

     – Par la suite, le 26 Mars 1979, Anwar Sadate a signé à Camp David le Traité de paix israélo-égyptien, j’ai voulu completer Sacha. À la suite de cette action, considérée comme une trahison par certains Arabes, il a trouvé sa fin. Le 6 Octobre 1981, lors d’un défilé militaire qui se déroulait sur le boulevard 6 Octobre au Caire, un véhicule blindé de la colonne s’est arrêté en dehors du programme établi officiellement. De lui est sorti un groupe de terroristes, qui ont tiré avec des mitrailleuses et ont jeté des grenades vers la tribune officielle. Hosni Moubarak, le futur président de l’Egypte, qui se tenait à la droite de Sadate est sorti indemne. Sur le trottoir où a eu lieu cet assassinat a été construite une pyramide de verre avec le côté de 20 mètres et l’inclinaison de 51 degrés et 51 minutes, semblable à celle de la pyramide de Khéops. Par ailleurs, Sacha, est-ce que tu sais si au – desous de la pyramide de verre sont les dépouilles de défunct du président Sadate?

     – Je ne sais pas ce détail, car en 1981, mon père, Vsegdapianii était parti  depuis longtemps de l’Egypte, a  motivé Sacha  son ignorance.

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

“Les mangeuses de rouge à lèvres de Casablanca”

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)